Rivière Mvéze

En trois mois, trois morts par noyade dans les eaux de la rivière MvĂ©ze et du fleuve Ntem dans le dĂ©partement du Ntem Ă  Bitam. Face Ă  cette situation,il est devenu indispensable de s’interroger avec le plus de rigueur possible sur l’Ă©tat mystique et spirituel des eaux de la localitĂ©. Il ne peut s’agir de tabous, les faits restent saisissants et interpellent surtout.

MvĂ©ze et Ntem, voilĂ  ces eaux qui ont avalĂ© Omva Alain,Obiang Herbin et une autre personne dont l’identitĂ© reste inconnue sur une pĂ©riode de trois mois seulement. Pur hasard ou sorcellerie, le monde demeure divisĂ©.

Si rĂ©ticente d’habitude dès qu’il s’agit d’un fait qui dĂ©passe l’entendement, une grande partie de l’opinion bitamoise aurait acceptĂ© avec une curieuse indulgence la thĂ©orie mystico-spirituelle.

Lire aussi: URGENT WOLEU-NTEM/FAIT DIVERS :Le corps sans vie du jeune OMVA ABA’A Alain vient d’ĂŞtre retrouvĂ© sous les eaux de la rivière MvĂ©ze au village Thock Ă  Bitam. – G9INFOS

Et c’est au village Thock Essandone que Omva Aba’a Alain avait pĂ©ri dans les eaux de MvĂ©ze un soir du 29 mai 2021.

Cette noyade Ă©maillĂ©e d’intrigues et de questionnements avait Ă©branlĂ© la contrĂ©e. Personne n’avait jamais compris comment un jeune homme de 22 ans très douĂ© Ă  la nage pouvait ĂŞtre emportĂ© par une rivière loin d’ĂŞtre imposante de vue.

Ce drame avait Ă©tĂ© suivi par un autre dans le district de Bikondom avec la noyade d’ Evouna Obiang Herbin le 08 juillet dernier dans l’immense fleuve Ntem. Aujourd’hui, c’est un unième drame qui alimente les dĂ©bats Ă  Bitam. La noyade d’un homme dont l’identitĂ© reste inconnue survenue la semaine Ă©coulĂ©e.

Lire aussi:[đź”´Fait divers] Woleu-Ntem: Le corps sans vie d’Evouna Obiang Herbin retrouvĂ© dans le fleuve Ntem Ă  Bikondom – G9INFOS

LA MALÉDICTION DES EAUX,LES GERMES D’UNE SORCELLERIE?

L’eau est un Ă©lĂ©ment indispensable Ă  notre survie et Ă  la prĂ©servation d’un Ă©quilibre naturel. Mais l’horrible constat qui a suivi ces nombreuses noyades est devenu synonyme de souffrance, de menaces, de peur et d’effroi quand nous pensons aux rĂ©cents Ă©vĂ©nements. Ă€ Bitam, les profondeurs des eaux regorgeraient-elles d’esprits malĂ©fiques ?

Comme hantĂ©es, ces rivières seraient-elles habitĂ©es par les sirènes ? Le constat est implacable,le bilan plus que lourd et la psychose profonde. Que comprendre d’un phĂ©nomène aussi rare Ă  Bitam ?

Les gĂ©nies des eaux de MvĂ©ze et du Ntem expriment-ils une colère non annoncĂ©e ? L’ontologie africaine est pluraliste et nos eaux sont remplies d’entitĂ©s mystiques. VoilĂ  qui est rĂ©el.

Arthur ASSEKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici