Dernières Nouvelles
  • Accueil
  • Politique
  • “AFFAIRE WALLY”: LA CNR DÉNONCE “UNE RÉPUBLIQUE ATYPIQUE “

“AFFAIRE WALLY”: LA CNR DÉNONCE “UNE RÉPUBLIQUE ATYPIQUE “

Par le 26 octobre 2019 0 109 Views

La poussière soulevée par l’explosion de l’affaire Wally, cette adolescente de 14 ans victime du présumé prédateur sexuel Alexis Ndouna, n’est toujours pas retombée. La Coalition pour la Nouvelle République ( CNR ), s’est également érigée en caisse de résonnance du mouvement de dénonciation qui fait suite au démantèlement d’un réseau de placement de mineures en échange d’argent et de portable de dernière génération.

” Nous sommes de plus en plus englué dans une République atypique, surréaliste où l’immortalité, les crimes de sang et les viols sur mineures sont érigés en maître mot pour toute ascension sociale”, a déclaré le 23 octobre dernier, Armelle Yembit, la porte-parole de la CNR. La coalition soutenant Jean Ping a signifié fortement sa désapprobation des pratiques qui n’honorent pas le Gabon et les gabonais. ” La jeunesse, fer de lance du développement d’un pays, au Gabon, longtemps considérée comme sacrée est devenue malheureusement sous l’ère Ali Bongo Ondimba, désacralisée, abusée, violée et chosifiée. Tout ce qui est important et vital lui sont proscrits : l’éducation, la formation, l’emploi. Le système Bongo-PDG et affidés en font des proies faciles, manipulables à des fins de propagande, comme pour exécuter des sales besognes, ou encore être des proies des prédateurs et pervers sexuels comme le confirme une fois de plus, une fois de trop, le scandale de l’affaire Wally”, a ajouté Armelle Yembit.

La CNR a invité les gabonais à condamner ces actes odieux et exigé l’impartialité de la justice face aux auteurs” cités dans cette sordide affaire de mœurs “. Côté justice, un mandat d’arrêt international a été lancé contre Alexis Ndouna le présumé prédateur sexuel, présenté comme la tête du réseau de placement des mineures et actuellement en fuite. Plusieurs de ses complices ont été placés sous mandat de dépôts, a fait savoir le procureur de la République, Olivier Nzahou.

Séverin Edang

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 6 =