Mal embarquée dans les éliminatoires pour la prochaine coupe du monde au Qatar,la sélection gabonaise a coulé à Benghazi face à la Libye (2-1). Une défaite au goût crémeux qui a révélé au regard de nombreux observateurs, le manque d’un véritable leadership dans cette équipe. Pierre Émeric Aubameyang, la vedette principale de la sélection à qui a été confié le brassard de capitaine ne semble pas dégager l’étoffe d’un meneur d’hommes sur et en dehors du terrain.

Une mini crise semblerait s’installer dans la tanière des panthères du Gabon. Alors que les spécialistes du ballon rond voyaient la sélection nationale aller s’imposer en Libye,la surprise a été de voir Aubameyang et ses coéquipiers sombrer après avoir pourtant ouvert le score dès l’entame de la rencontre. Le reste de la partie a été symptomatique du caractère de l’équipe.

La messe est quasiment dite pour le Gabon après le match nul concédé ce soir à Franceville face à l’Égypte (1-1). Avec un petit point au compteur après deux rencontres, les coéquipiers de Pierre Émeric Aubameyang peuvent désormais déjà dire au revoir à une possible qualification pour la prochaine coupe du monde.

Faute d’un véritable leader sur le terrain susceptible de redynamiser une équipe trop confiante, la sélection gabonaise a une nouvelle fois craquée dans les ultimes minutes du match.

En effet, depuis plusieurs matchs,on voit une équipe à l’abordage dans laquelle chacun semble s’appuyer ses qualités propres. L’équipe ne semble pas avoir d’âme et surtout d’un leader capable de relayer avec vigueur les recommandations du sélectionneur. Ce rôle revient en principe au capitaine, qui en période de fébrilité de l’ensemble de l’équipe,devrait galvaniser,secouer et remobiliser les partenaires.

Est-ce par complaisance que le rôle de capitaine lui a été donné ? Difficile de se prononcer car l’attaquant gabonais, au-delà de son talent,il ne dégage pas de caractéristiques d’un leader de groupe. Comme du côté d’Arsenal,le charisme de l’ancien Lillois peine à impacter sur le groupe dont il est en théorie meneur.

Du côté du club londonien, le technicien espagnol,Arteta songerait même à lui retirer le brassard. Depuis plusieurs années,on observe que la formation nationale s’appuie beaucoup plus sur ses nombreux talents et non sur une identité. Personne ne semble se dégager pour incarner l’âme même de l’équipe.

Le football moderne impose aux grands joueurs une personnalité au-delà du talent. Plus proche de la fin de sa carrière, Émeric Aubameyang est loin d’incarner le leadership de la sélection comme l’on été Samuel Eto’o,Didier Drogba et aujourd’hui Ryad Marez et bien d’autres dans leurs différents pays.

En sélection depuis 2009,PEA n’a jamais véritablement conquis les cœurs de l’ensemble du peuple gabonais. Le temps est donc venu pour qu’il sorte ses griffes de panthère pour porter sur ses épaules une équipe dont il reste la super star.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici