Accueil Politique Dons aux populations : Le buzz des politiciens gabonais

Dons aux populations : Le buzz des politiciens gabonais

114
0

Sur la première chaîne de télévision nationale, pas une semaine sans un reportage sur les hommes politiques se substituant à l’État, c’est-à-dire venant en aide aux populations en grande vulnérabilité. Rien d’anormal, si ce n’est la surmédiatisation des ces actions, sans finesse ou sobriété.

L’événement est passé sur toutes les chaînes publiques et privées du pays. Un homme politique philanthrope, qu’accompagne un parterre de journalistes, s’est déplacé dans son fief électoral, en vue de venir en aide à une octogénaire dont la maison a été dévastée par les flammes. Dans sa poche, une grande enveloppe grise, dans ses mains, des produits alimentaires. Le tout, sous une pluie d’applaudissements et de flash de caméras. Le politicien a posé une action solidaire, et la télévision doit le dire!

Voilà où se situe toute l’hypocrisie de l’acte. N’est ce pas une façon de se faire passer pour quelqu’un de généreux aux yeux des populations, pour en attendre un retour d’ascenseur ? Pour les esprits pointus, cela ne fait l’ombre d’aucun doute.

Pour les politiciens gabonais, tous les prétextes sont bons pour trouver le bon visuel, et se faire de la pub. Le gàbonais a faim? Il faut le maintenir dans cet état. Ceux qui se nourrissent de dons, ou de kits alimentaires, resteront toujours affamés. ” Le jour où ils n’auront plus besoin de nous pour s’alimenter, ils nous balayerons “, disent-ils dans les salons feutrés de Libreville.

Une stratégie payante qui s’explique par l’absence de grande politique de redistribution permettant de mieux répartir la richesse ou, à tout le moins, de garantir un soutien aux plus démunis à travers des programmes de transfert d’argent, sans condition ou non. Oui, les hommes politiques gabonais se livrent aux fanges des dons uniquement à des fins intéressés. D’ailleurs, ils ne leur revient pas, aussi généreux soient -ils de faire des dons aux populations. Dans ce cas, il s’agit d’achat de consciences, car ils le savent très bien, on n’oublie jamais son bienfaiteur, surtout en période électorale. Et la télévision est là pour nous rappeler tous ces dons occasionnels dont nous avons bénéficié. Quelle affaire !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =