Hier, en conférence de presse, le gouvernement de la République a tenu à réaménager les règles et les mesures de sécurité sanitaire liées à la lutte anti corona-virus au Gabon. De cette retouche des mesures de lutte contre la Covid-19, on note, essentiellement, l’interdiction stricte d’accès aux milieux dits publics à toute personne non vaccinée. Cependant, les ecoles étant par essence des lieux publics, l’on se demande déjà s’il sera exigé la présentation d’une attestation de Vaccination ou un test PCR à l’entrée de chaque établissement scolaire du Gabon.

En effet, à l’instar de plusieurs autres pays dans le monde, le Gabon a, depuis l’avènement de la Covid-19, pris la mesure du danger que représente ce virus pour ses moins de 2.000.000 d’habitants.

C’est donc, dans sa quête perpétuelle de comment en finir avec cette pandémie sur son territoire, que le gouvernement gabonais a opté pour la mise en place d’un certain nombre de mesures restrictives. Mais, des mesures jugées un peu trop coercitives par les populations qui, s’estiment déjà trop asphyxiées et se disent avoir déjà consenti trop d’efforts pour aider le gouvernement à lutter contre cet ennemi commun, à sa demande (le gouvernement).

Cependant, la dernière communication, en date, du gouvernement, notamment celle du mercredi 27 octobre l’a conduit à informer l’opinion sur les futures mesures qu’il envisage mettre en exécution dès la deuxième semaine du mois de décembre. Parmi ces dernières, on note celle liée au coût d’un test PCR et de l’obligation vaccinale pour l’accès à tout lieu public.

C’est donc en considération de la dernière mesure susmentionnée que l’opinion, dans ce coup composée en grande partie des agents du secteur éducation, s’interroge sur ce qu’il en sera pour l’accès aux établissements scolaires, sachant que même dans les salles de classe, les effectifs sont abusivement pléthoriques.

” Jusqu’ici, nous ne comprenons pas exactement où veut nous mener le gouvernement avec ses manœuvres quotidiennes. Nous attendons de voir comment va-t-il se prendre dans nos établissements qui, d’ailleurs, sont des milieux par excellence publics “,s’est exprimé M. Minko Mi MBA, Enseignant dans un lycée de la capitale gabonaise.

Ceci dit, les écoles, les lycées et collèges, et les universités étant, de nature, des milieux publics, la logique dans laquelle s’est inscrit le gouvernement pourrait, sans doute, conduire à la conclusion selon laquelle les élèves, le personnel enseignant, administratifs et d’encadrement, ne pourraient plus avoir accès aux établissements dès le 15 décembre, s’ils ne présentent une attestation justifiant son statut de citoyen vacciné.

Ainsi donc, cet élément de presse pourrait être une lecture clarifiante de la logique gouvernement gouvernementale qui, semble pleine de “non dit”.

Cependant, sachant que la CONASYSED et le SENA poursuivent leur périple pour mobiliser leurs collègues, afin de donner un peu plus de teneur à leur mouvement de grève, lancé depuis le début de cette année scolaire, la Vaccination obligatoire ou la présentation d’un test PCR négatif, pour avoir accès aux établissements pourrait être un élément supplémentaire pour booster leur mouvement d’humeur.

Par Ulrich O

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici