Parfait Duffy BIBANG

Dans un entretien exclusif accordé à la rédaction de G9INFO, l’entrepreneur Parfait Duffy BIBANG livre à cœur ouvert les secrets de son succès qui lui ont permis d’engranger plusieurs distinctions sur l’échelle internationale.

 G9INFOS : G9INFOS vous remercie pour la disponibilité. Nous allons orienter notre entretien sur vos différents prix engrangés hors du pays. Mais d’entrée pouvez-vous vous présenter à nouveau aux lecteurs ?

Parfait Duffy BIBANG : Merci pour l’honneur. Je suis Parfait BIBANG, je suis né le 20 septembre 1974 à Oyem. Je suis de mes études académiques ingénieur en production et transport d’énergie. J’ai fait mes premières classes comme tout le monde le sait à la SEEG, j’ai participé à des développements importants de cette boîte.

G9INFOS : Vous êtes l’un des rares entrepreneurs gabonais à se faire un nom à l’international, quel a été votre secret ?

 Parfait Duffy BIBANG : La compétition, l’envie d’aller de l’avant. Cette envie de compétir m’a été souvent donnée dans le cadre familial. Il faut se dire que j’ai voulu être électricien depuis la classe de CE1 et je n’ai pas eu un souci d’orientation. Je me souviens d’ailleurs que pendant mes études primaires, j’étais hors de chez moi et lors des vacances j’étais le plus grand réparateur du coin. Vous comprenez que ça été plus qu’une vocation qu’autre chose. Cette envie de compétir est arrivée du simple fait que je suis né dans une très grande famille et mes études m’ont donné la possibilité de terminer tôt. J’ai toujours eu l’envie d’être parmi les meilleurs dans mon secteur d’activité.

G9INFOS : Pouvez-vous nous parler succinctement de vos différents prix remportés hors du pays ?

Parfait Duffy BIBANG : J’ai 23 distinctions à l’international et ces prix se trouvent dans le cadre de ma spécialité, c’est à dire dans le cadre de l’énergie. J’en ai engrangé certains dans le cadre du management mais la plupart dans le cadre d’innovation technologique. On ne le dit pas assez dans notre pays mais la GABONAISE D’ÉNERGIE est la première entreprise au sud du Sahara à fabriquer et à réparer des transformateurs électriques. Les fabricants de transformateurs électriques n’ont pas voulu développer la partie service après-vente parce que c’est un produit industriel qui met du temps pour le fabriquer et il n’est pas facile de venir l’entretenir. Grâce à ce service, nous faisons le tour de l’Afrique. À la place de jeter les transformateurs à la poubelle, nous les réparons et nous sommes capables de réparer un appareil en panne depuis 40 ans. Dans d’autres pays, ce service n’existe pas. Donc vous comprenez que ce n’est pas de la mer à boire.

G9INFOS : Estimez-vous que la diversité offerte dans vos services serait à l’origine de cette pléthore de prix engrangés ?

Parfait Duffy BIBANG : Effectivement, il faut se dire que nous avons commencé dans les simples services d’électricité et eau c’est-à-dire en tant que prestataires et installateurs de service eau et électricité. Au fur et à mesure, nous étions confrontés à des problèmes et de difficultés d’approvisionnement, c’est d’ailleurs ce qui nous fait grimper d’un cran et on est parti d’une entreprise qui ne faisait que des simples services pour aller à l’industrie. En allant de l’industrie aujourd’hui, le transformateur que nous connaissons tous, n’est plus le seul produit de la GABONAISE D’ÉNERGIE. Nous fabriquons des poteaux électriques. Nous sommes les premiers gabonais à en fabriquer car la seule entreprise qui réalisait ce travail n’est pas une entreprise vraiment gabonaise. Nous avons développé un certain nombre de gammes et le fait d’avoir diversifié nos offres a permis d’engranger tous ces prix à l’international. On est la seule entreprise qui arrive à faire autant de choses.

G9INFOS : Après avoir fait vos preuves à l’international, pensez-vous que vos objectifs ont été atteints ?

Parfait Duffy BIBANG : Sur le plan national, il reste énormément de choses à faire. Je félicite l’État, car il leur a arrivé d’écouter certaines orientations dans mon domaine. Le Gabon est l’un des pays de la sous-région les plus électrifiés peut-être pas le plus nanti en termes de puissance énergétique mais en termes de réseau électrique installé. Je pense qu’aujourd’hui il y a des choses encore à faire dans notre pays mais c’est toujours bien d’être numéro 1 dans son secteur. Nous travaillons dans tous les pays africains avec notre savoir-faire.

G9INFOS : Quel regard jetez-vous de manière globale sur l’entrepreneuriat gabonais aujourd’hui ?

Parfait Duffy BIBANG : Je vais être un peu dur dessus. Il est difficile tant qu’on n’est pas compris réellement par les décideurs. Comme un peu partout en Afrique, ce n’est loin de sauter d’un avion sans parachutiste, je peux vous le dire car c’est très difficile sans soutien, sans la mise en place d’un certain nombre de règles pour favoriser les nationaux. Lorsqu’on lance l’appel d’offre,99% des entreprises retenues sont étrangères. Il nous manque de l’encadrement et des règles. C’est le ministère des PME qui fait connaître la GABONAISE D’ÉNERGIE hors de nos frontières. Donc c’est l’État qui nous a aidé en mettant à la disposition 50.000.000 francs CFA au ministère des PME pour faire la promotion des entreprises gabonaises. Depuis plusieurs années, ce budget n’existe plus et certains qui n’ont pas les moyens de s’acheter un billet d’avion pour aller à l’extérieur. Notre entreprise a toujours été subventionné par les 50.000.000 francs CFA mis à la disposition par le ministère des PME à l’époque.

 G9INFOS : Vous êtes un maillon important pour l’avancée de l’économie nationale, personnellement ressentez-vous réellement le soutien des pouvoirs publics ?

Parfait Duffy BIBANG : Après plusieurs analyses, le problème ce n’est pas l’État mais les hommes. Au niveau de l’État, il y a des avancées et je pense que les hommes ont d’autres préférences. Il faudrait que le “Gabon d’abord” ne soit plus un simple slogan et il n’y a que nous pour développer notre pays. Il faut être tolérants avec les entreprises gabonaises. Je réussis dans le domaine sur lequel j’ai été à l’école et je suis électricien de formation, j’estime aujourd’hui que je peux fabriquer les transformateurs qui du jour au lendemain peuvent ne pas avoir tenu et on devrait plutôt m’encourager à atteindre l’excellence.

G9INFOS : Avant de se séparer, un mot pour la fin et surtout un message pour ces nombreux jeunes gabonais qui trouvent en vous le parfait exemple ?

Parfait Duffy BIBANG : Entreprendre ce n’est pas facile. On s’improvise beaucoup dans notre pays et peut-être que c’est un souci d’encadrement. Il faut que l’État joue son rôle en encadrant ceux qui veulent se lancer dans ce domaine avec l’appui de la chambre de commerce et du ministère des PME.

Interview réalisée par Jerry M, pour G9INFOS.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici