C’est donc le 14 octobre dernier que GSEZ a célébré la première journée de la sécurité aérienne.

Le thème de cette célébration était :“Dommage causé par un corps étranger/débris”. Un événement aux enjeux multiples, selon le directeur de GSEZ Airport.

“ D’une part,il s’agit d’adopter une approche inclusive impliquant toutes les parties prenantes internes et externes dont les activités ont un Impact direct ou indirect sur la sécurité, occasion pour chaque acteur de se fixer des objectifs internes afin de contribuer dans le maintien du niveau de sécurité optimal pour réduire le taux d’accident/incident sur la plateforme ;et, d’autre part, promouvoir et améliorer notre culture de sécurité en se partageant les expériences et connaissances”,a indiqué Igor Sima.

Pour cette occasion,le directeur général gestionnaire de l’aéroport de Libreville a réaffirmé son entière volonté d’assurer la sécurité sur l’aérodrome pour échapper à la spirale des accidents qui a pris des proportions inquiétantes.

L’Association des transporteurs aériens internationaux a récemment recensé environ près de 90 cas d’accidents pour 290 compagnies membres, pour un pourcentage de 80% du trafic mondial.

“ La sécurité aérienne ne s’improvise pas, elle s’apprend, elle s’applique et implique des personnes. Il est donc indispensable que tous les acteurs de la chaîne du transport aérien s’impliquent de manière à réduire le nombre d’incidents et accidents”,a t-il conclu.

Arthur Asseko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici