Dernières Nouvelles
  • Accueil
  • Politique
  • INTERVIEW/ CONSTANT OYONO : “IL FAUT RÉDUIRE CONSIDÉRABLEMENT LE TRAIN DE VIE EXCESSIVEMENT DISPENDIEUX DE L’ÉTAT GABONAIS”

INTERVIEW/ CONSTANT OYONO : “IL FAUT RÉDUIRE CONSIDÉRABLEMENT LE TRAIN DE VIE EXCESSIVEMENT DISPENDIEUX DE L’ÉTAT GABONAIS”

Par le 17 avril 2019 0 863 Views

Face à la dégringolade des revenus en devises, assurés pour une part écrasante par l’exportation des hydrocarbures, Constant Oyono, enseignant, écrivain , chef d’entreprise et homme politique invite les autorités gabonaises à revoir leur système dispendieux. Souhaitant la multiplication de cadres compétents, bien formés, travailleurs et soucieux de la défense des intérêts de la nation, le président du groupe IHEM international a expliqué à G9infos comment le Gabon pourrait répondre à l’immense défi d’écrire une meilleure page de notre système éducatif.

G9infos: Ces derniers temps le pays est dans la tourmente. Système bloqué, potentiel économique bridé, avenir incertain… Comment y répondre ?

Constant Oyono : Réduire considérablement le train de vie de l’État est la véritable première disposition à prendre dans un pays en crise comme le Gabon. Ce qui peut être d’ailleurs une chance pour l’avenir. Dans tous les cas, nous savons quand une crise commence, mais nous ne savons pas toujours quand elle s’achèvera. D’où la grande prudence budgétaire et décisionnelle.

G9infos : Concrètement quelles mesures préconisez-vous?

Constant Oyono : Comme je vous l’ai dis, il  faut réduire considérablement le train de vie de l’État  pour soutenir les réformes infra structurelles du système éducatif gabonais :

1_ Réduire le nombre de membres du gouvernement de 40 à 25, en faisant la contraction des ministères ayant des missions similaires.

2_ Dissoudre la Cour Constitutionnelle et remettre en place la Cour suprême avec tous ses démembrements.

3_ Dissoudre le Sénat sans autre forme de procès.

4_ Ramener l’Assemblée nationale à son ancienne configuration de 120 députés mais en réorganisant les sièges selon l’importance et le nombre des populations.

5_ Dissoudre le CND et en faire une commission de travail rattachée directement à  la primature.

6_ Dissoudre la CNLEI et en faire une commission de travail et d’enquête de la primature.

7_ Dissoudre le poste de vice-président de la République pour ne garder que celui de haut représentant du président de la République, Chef de l’État.

8_ Réduire les émoluments et avantages des anciens présidents et membres des institutions républicaines.

9_ Faire une contraction de la moitié des représentations diplomatiques à l’étranger.

10_ Instituer le concours d’entrée à la fonction publique pour booster en amont, le système éducatif pour lequel de meilleurs conditions de travail des enseignants et d’études de nos enfants doivent être réunies.

Tout ceci devrait nous emmener tous, en toute noblesse d’âme, à réadapter la Constitution gabonaise, à améliorer le climat des affaires et de l’investissement national et à écrire une page meilleure de notre système éducatif gage d’une offre de formation qui aboutirait à des résultats académiques meilleurs et concluants et à un taux d’insertion professionnelle optimale et un niveau louable des salaires et des revenus de tout un chacun.

G9infos : Ces dernières semaines ont été difficiles pour le gouvernement, notamment avec les manifestations des élèves des lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire national, suite à la révision des modalités d’attribution de bourse. Quelles leçons en avez-vous tirés au moment où le gros de l’orage s’est dissipé ?

Constant Oyono : Ce ne sont pas les grandes déclarations emphatiques lors des forums ou états généraux de l’éducation et de la formation qui transformeront l’école gabonaise et le Gabon, mais plutôt l’application d’une vision réfléchie et concertée de ce que nous voulons faire de notre vivre ensemble, de manière à doter les contenus pédagogiques d’une réelle capacité à changer et à faire bouger les lignes.

G9infos : La question de l’articulation entre l’éducation et la formation ?

Constant Oyono : Il est important d’en prendre conscience : l’éducation et la formation sont intimement liées au développement des sociétés humaines. Les objectifs de notre école doivent s’arrimer aux objectifs de développement de notre pays.

G9infos : La jeunesse semble de plus en plus perdre ses repères. L’école pour la réduction des inégalités sociales ?

Constant Oyono : Face à une jeunesse de plus en plus massive et rebelle, prête à défendre son avenir, nous autres adultes, devons dispenser une formation de qualité à notre jeunesse, si nous voulons un jour parvenir au développement véritable.

G9infos : Vous êtes à la tête du groupe IHEM international, qui compte au Gabon l’Institut des hautes études de management (IHEM), et son École doctorale en sciences de gestion (EDSG). Quel regard portez-vous sur l’Afrique ?

Constant Oyono : L’Afrique est capable du meilleur. Le véritable problème du développement de l’Afrique aujourd’hui, c’est d’opérer une véritable révolution des mentalités. Il est de la responsabilité de la nouvelle classe dirigeante africaine de montrer la voie à suivre, non pas en indiquant du doigt ce qu’il y a à faire, mais en montrant le bon exemple par soi-même.

G9infos : Le gouvernement peine à assurer durablement ce que le peuple est en droit d’attendre de lui. Comment s’en sortir dans ce contexte ?

Constant Oyono : Nous devons tous prendre du recul sur nos actions et repenser le Gabon pour le bonheur de nos enfants et petits enfants.

G9infos : Vous appelez à un effort collectif dans un contexte de malaise social.

Constant Oyono : Nous devons regarder au delà des contingences qui nous accablent. Nous devons lever la tête et scruter de nouveaux horizons pour bâtir un Gabon meilleur.

G9infos : Mais il devient franchement difficile de rester optimiste.

Constant Oyono : Nous devons tous rendre justice au développement de notre pays le Gabon. Pour celui-ci et pour nous-mêmes, nous devons cultiver une pensée positive.

G9infos : Quelles qualités faut-il cultiver pour cela ?

Constant Oyono :  L’honnêteté, la sincérité, la simplicité, l’humilité, la générosité, l’absence de vanité, la capacité à servir les autres. Qualités à la portée de toutes les âmes sont les véritables fondations de notre vivre ensemble.

G9infos : Des qualités prônées dans un élan citoyen. Pourquoi ?

Constant Oyono : Dès lors que nous n’avons pas de pays de rechange, nous devons tous contribuer, d’une manière ou une autre et de façon concrète, à l’amélioration patiente et intelligente de notre environnement collectif.

G9infos : Votre Credo pour parvenir à cet idéal ?

Constant Oyono : Savoir écouter et savoir observer pour prendre des initiatives constructives pour la communauté.

G9infos : Que souhaiteriez-vous dire aujourd’hui au peuple gabonais ?

Constant Oyono : Peu importe l’adversité, les obstacles et les barrières, si nous sommes déterminés à réussir, nous y parvenons toujours.

Propos recueillis par Pierre Parfait Mbadinga

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 25 =