Dernières Nouvelles
  • Accueil
  • Société
  • LIBREVILLE: LE CONFLIT MAIRIE/BOUTIQUIERS OUEST AFRICAINS SE DURCIT

LIBREVILLE: LE CONFLIT MAIRIE/BOUTIQUIERS OUEST AFRICAINS SE DURCIT

Par le 6 novembre 2019 0 129 Views

À Libreville, entre le maire de la commune, Léandre NZUÉ, et les boutiquiers ouest africains, rien ne va plus. En conflit ouvert avec la mairie, les petits commerces menacent de mettre la clé sous le paillasson. Raison évoquée: la multiplication des contrôles intempestifs et des amendes à n’en plus finir.

Les boutiques détenues pour la plupart par des sujets ouest africains sont restés fermées aujourd’hui dans la commune de Libreville. À l’origine de cette situation la prime de 150.000 francs CFA exigée par la mairie de Libreville aux commerçants.

De son côté, la mairie ne semble pas prendre au sérieux la menace de grève brandie par les commerçants. Estimant que c’est tout simplement un chantage orchestré. Un conflit qui annonce pourtant une grave dépression.

La semaine dernière, le maire de Libreville a lors d’une conférence de presse, encouragé les commerçants à être en règle. ” S’lis veulent fermer leurs boutiques, qu’ils les ferment, nous ferons tout pour placer d’autres personnes. Ils ne viendront pas nous dicter la loi ici à Libreville”, a mis en garde Léandre NZUÉ.

Même discours pour Edouard Nziengui Nzengui, quatrième Maire adjoint de la commune de Libreville qui était également face à la presse pour plus d’explications sur ce sujet. ” La Mairie fait son travail et les commerçants doivent respecter cela. Le Maire de libreville, Léandre Nzué, l’a répété plusieurs fois: sa porte est grandement ouverte pour un travail en étroite collaboration. Pas de place pour la distraction “, a-t-il martelé.

Parallèlement, des mouvements de soutien au maire Léandre Nzué se développent à Libreville. Hostiles à la position des boutiquiers ouest africains, ils préconisent entre autres :
– acheter du pain à la boulangerie
– faire les courses en gros dans les grandes surfaces ( Gaboprix , ckdo , Mbolo , Ck2 … )
– Commencer à se lancer dans ces mêmes petits commerces et les ignorer complètement…
Selon ces mouvements, les petits commerces détenus par les sujets ouest africains ne tiendront pas une semaine car le commerce ” c’est comme la drogue”:
un seul jour et ils sont déjà perdants.

Pierre Parfait Mbadinga

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 − 1 =