Dernières Nouvelles
  • Accueil
  • Non classé
  • OYEM: LES ÉCOLES PRIMAIRES NE SE CONFORMENT PAS AUX DIRECTIVES DU GOUVERNEMENT

OYEM: LES ÉCOLES PRIMAIRES NE SE CONFORMENT PAS AUX DIRECTIVES DU GOUVERNEMENT

Par le 12 octobre 2019 0 188 Views

Si le ministre de l’Éducation nationale, Michel Menga, avait adressé aux chefs des directions académiques provinciales, aux chefs de circonscriptions scolaires et aux responsables des établissements publics, une note circulaire fixant les dispositions sur les inscriptions et réinscriptions des élèves dans l’Enseignement général et technique, celle-ci n’a pas été bien lue de tous.En effet, si cette note circulaire 00000652 MENFC/CABM, stipule que les frais de scolarité sont totalement gratuits du pré-primaire au secondaire, à Oyem, capitale provinciale du Woleu-Ntem, les écoles primaires ne se conforment toujours pas aux directives gouvernementales.

“Ici, les conditions d’inscription et réinscription de nos enfants sont difficiles pour nous qui avons peu de moyens. C’est du commerce à tous les niveaux”, s’indigne un parent d’élève. Si l’on se limite à ces dires, cela remettrait alors en question l’autorité que détient le ministère de l’Éducation nationale vis-à-vis de certains établissements publics. Pourtant, la note circulaire est suffisamment claire. Seule la mutuelle et les activités socio-éducatives, sont payantes: pré-primaire 3000 frs, primaire 5.000 frs et secondaire, général et technique 10.000 francs fcfa.

C’est déconcertant. Si le ministère s’élève contre le prélèvement de frais de scolarité dans le secteur public, brandissant même la menace de sanctions, à Oyem, le prélèvement de frais en numéraire en contrepartie des inscriptions dans les établissements primaires publics se poursuit. Entretenue par l’administration. Une façon de contredire officieusement les mesures prises par le gouvernement. Plus grave encore,certains parents d’élèves rencontrés dénoncent le fait que certains chefs de circonscriptions scolaires seraient complice de cette arnaque.

Cela dit, la gratuité de l’Enseignement au Gabon n’est toujours pas évidente jusqu’à présent.. Au ministère de l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités. Il s’agit d’envoyer des inspecteurs sur le terrain afin de toucher du doigt et mettre un terme à ces agissements qui n’honorent pas le pays.

Vany Corso Sima Ella

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 13 =