Gaspard Ntoutoume Ayi/Cadre de l'Union Nationale.

Dans une interview accordée à nos confrères  “la Une Média”, Gaspard Ntoutoume Ayi est revenu longuement sur l’actualité politique du moment et il a également fait une projection sur la future présidentielle de 2023. Cet imminent cadre de l’Union Nationale, sans langue de bois n’a pas manqué de glisser un tacle à certains membres de son bord politique qui n’ont cessé de réclamer une réconciliation nationale.

Gaspard Ntoutoume Ayi, fervent soutien de Jean Ping, à cœur ouvert s’est appesantit sur plusieurs points relatifs à l’actualité politique nationale. Le membre de la Coalition pour la Nouvelle République estime que la transhumance politique observée dans la sphère politique gabonaise aujourd’hui reste l’œuvre des mécontents qui demandent à être contentés par le pouvoir d’Ali Bongo.

Celui qui a toujours combattu le Parti démocratique gabonais n’est pas surpris des départs en cascade que subit actuellement l’opposition. Selon lui, une véritable opposition passera par le choix des hommes capables de parvenir jusqu’au pouvoir.

Et la réconciliation nationale réclamée par une frange de l’opposition ne serait qu’une manœuvre pour les mécontents de pouvoir se faire entendre par l’exécutif actuel.

« Les anciens “pdgistes” n’apporteront rien à l’opposition gabonaise parce qu’ils craignent de tout perdre, c’est pour la plupart des mécontents que de véritables opposants», a t-il déclaré.

Alors que comprendre alors après une lecture cernée des déclarations de Gaspard Ntoutoume Ayi ?

Ancré dans une radicalité absolue, le soutien de Jean Ping interpelle sur la nécessité de reconnaître le bon grain. Selon lui, les transfuges du PDG sont responsables de la faillite de l’opposition actuelle. Et en vue de la présidentielle de 2023,il milite pour qu’on écarte de l’opposition des acteurs politiques ayant œuvré pour le parti au pouvoir dans le passé.

Arthure ASSEKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici