L’accident routier est analysé et traité comme un système. Tout accident routier fait intervenir trois facteurs qui déterminent, dans des proportions variables mais toujours ensemble,la gravité de l’accident :le véhicule, l’infrastructure,et bien entendu,le comportement humain.

Le récent accident survenu au pk12 dans la commune de Libreville,au regard des circonstances, fait appel à deux facteurs :le véhicule et le comportement humain.

Huit blessés, c’est le bilan encore provisoire qui ressort de l’accident enregistré le week-end écoulé au quartier pk12 à Libreville.

Un camion chargé de bois scié en provenance de la zone de Ntoum sur la Nationale 1 roulant à vive allure s’est renversé au carrefour pk12, révèlent plusieurs témoins.

La perte de contrôle du véhicule serait à l’origine de ce spectacle qui n’est pas passé bien loin d’endeuiller plusieurs familles gabonaises.

Le chauffeur aurait raté l’entrée du rond-point où s’agglutinent des centaines de personnes.

C’est donc le comportement humain qui est mis en exergue dans cet accident routier. Comment peut-on rouler à cette vitesse sur un espace qui concentre autant d’âmes ?

Dans ce genre de situation, l’expertise du conducteur présente incontestablement quelques faiblesses et doit être améliorée.

Le recrutement des conducteurs par les différentes entreprises forestières au Gabon négligent beaucoup la pédagogie de la formation de ce dernier.

Au-delà de la sensibilisation,qui parfois n’est pas accentuée ne devrait pas constituer le seul moyen permettant d’éviter des accidents de la route.

On s’en souvient que les autorités avaient pris la sage décision interdisant la circulation des grumiers pendant le jour. Cette décision visait la limite des accidents souvent très mortels.

Malheureusement, celle-ci n’a pas fait long feu et le spectacle a repris de plus belle.

Les chevauchements entre véhicules de transport et gros porteurs toujours dans une vitesse inquiétante rythment à nouveau le quotidien sur la voie principale.

Il est fréquent d’observer les risques encourus par les transports en commun sur la nationale 1,qui constitue l’unique voie reliant la capitale gabonaise Libreville au reste du pays.

La solution viendrait peut-être de la construction des nouvelles routes uniquement réservées aux gros porteurs toujours conduits par des individus en manque de connaissance cruelle du code de la route.

Il n’est pas rare de voir ces derniers occupés anarchiquement la voie sans prendre conscience de la peur qu’ils suscitent avec des chargements relevant de l’époque primitive.

Le nombre de collisions enregistrées au cours des dernières années est la parfaite illustration que le danger est parmanent et qu’il est surtout immense.

Les récents événements du pk12 doivent faire agir dans l’immédiat le gouvernement de la République,qui semble se pencher sur les préoccupations économiques. Comme une alerte, l’accident du pk12 ne serait sans doute pas le dernier.

Par Fredo Le Gaboma

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici