Nous semblons patauger dans une crise routinière à l’agence de Gabon Autosur sise à la Sorbonne à Libreville. En ce jour du 20 septembre 2021,les agents de cette entreprise excellant dans la visite technique pour véhicules ont observé un unième mouvement d’humeur.

Les revendications qui demeurent les mêmes peinent à se résoudre.

La brouille entre l’administration de Gabon Autosur et ses employés s’épaissit de jour en jour dans le domaine de la Sorbonne. Les revendications des agents de l’entreprise sont toujours loin d’avoir trouvé un écho significatif.

L’administrateur général adjoint dont l’attitude dérange constituerait le nœud d’un conflit qui s’éternise aujourd’hui.

Les collaborateurs revendiquent un meilleur traitement et l’amélioration de leurs conditions de travail devenues au fil du temps exécrables.

Vue extérieure de l’agence Gabon Autosur sorbonne

«Vous faîtes le constat des lieux. La toiture des bâtiments qui nous servent de locaux est dans un état de délabrement. Nous n’avons pas de toilette», a indiqué un agent de Gabon Autosur, Ndemezo’o.

C’est donc avec beaucoup de lucidité qu’on mesure l’ampleur du chao qui règne dans une agence devenue le théâtre de l’opacité d’une gestion décriée. Il est difficile de comprendre comment une structure qui génère des recettes importantes puisse afficher un piètre visage.

«Il y a quelques mois, l’administrateur général sortant, monsieur Joseph Pascal avait débloqué des fonds pour réfectionner l’enceinte de Gabon Autosur à la Sorbonne. Nous sommes surpris que depuis l’arrivée de l’administrateur adjoint, rien n’a été fait. Nous remarquons que cet argent a été orienté pour ses besoins personnels», a t-il ajouté.

Roger Phillipe Eténo, voilà ce nom qui retentit avec insistance à la Sorbonne.

Un administrateur général adjoint à qui on jette sans cesse a raison les peaux de banane. Il a décidé unilatéralement de mener une «vie dure» à ses employés.

Il semblerait privilégier le luxe solitaire au dépend du bien-être collectif et de la santé de l’agence de la Sorbonne.

Fredo Le Gaboma

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici