La mandature 2013-2018 au conseil municipal d’Akanda n’a pas fini de liver ses frasques. En effet,une parcelle de 10 hectares dédiée aux 47 conseillers municipaux de l’époque avait été vendue illicitement par l’ancien maire de ladite commune.

Et les victimes désabusées de cette affaire n’ont cessé de réclamer leurs droits et un début de solution semble pointer le bout de son nez.

À l’époque, l’ensemble du conseil municipal de la commune d’Akanda avait pris la décision d’octroyer une portion de terrain à chaque conseiller municipal.

Alors que ces derniers étaient en attente de l’application de cette décision pourtant salutaire, à la surprise générale, cette parcelle de près de 10 hectares ferait plutôt l’objet d’une vente illicite.

Le bénéficiaire n’avait été autre que Georges Kassavi et qui à son tour venda à nouveau la parcelle.

À cette période,la somme d’un milliard de francs CFA avait été évoqué pour la vente de cette parcelle,et le plus curieux dans cette affaire aux allures de la “mafia russe”c’est que le circuit emprunté par cette manne financière reste un mystère.

La liquidation de la parcelle n°1/YA2 reste sans doute le principal fiasco ayant animé le mandat de l’ancien maire Ernest Ogandaga.

Ce litige qui a éclaboussé l’institution a perduré dans le temps,et l’équipe municipale actuel, après un mutisme se serait mis d’accord avec les victimes pour une concertation afin de liver peut-être favorablement l’épilogue de ce qui fut considéré comme une magouille.

L’interminable revendication aboutira -t-elle ?

En tout cas, c’est ça qu’espére Louis Faustin Dowé, ancien conseiller municipal de la précédente équipe locataire de l’hôtel de ville d’Akanda.

Ce dernier sera reçu ce vendredi 1er octobre par Yvon Patrick Rombogouera,actuel président du conseil municipal.

Une rencontre décisive qui permettra de réouvrir un dossier sulfureux et aux contours obscures.

Par Fredo Le Gaboma

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici